Quelles sont les alternatives réalistes au système scolaire actuel ?

Le système scolaire actuel héritage peu actualisé d’un système préexistant a montré des défaillances et insuffisances liées au caractère peu inclusif et peu adaptatif. Face à l’évolution du monde, aux aptitudes innées des enfants et aux enjeux actuels, ce système devient peu inclusif et peu adapté aux besoins actuels des apprenants. De plus, l’école classique devient de moins en moins réceptive aux enfants surdoués, autistes et handicapés. À la lumière de ces constats, de nouveaux courants de pédagogie alternative sont apparus. Quelles sont les pédagogies alternatives les plus réalistes au système scolaire actuel ?

La pédagogie Montessori

La méthode Montessori est l’approche la plus connue en France en termes de pédagogie alternative au système éducatif traditionnel. Elle est basée sur une méthode finement élaborée par la psychologue italienne Maria Montessori, depuis 1907. Il s’agit d’une pédagogie innovante qui a reçu l’approbation de plusieurs enseignants et ministères de l’éducation à travers l’Europe, l’Amérique et dans beaucoup d’autres pays dans le monde.

Par exemple, cela a fait naître des centaines d’écoles Montessori avec plus de 3500 enfants formés chaque année en France. Cette pédagogie prône l’apprentissage libre permettant à l’enfant d’apprendre en s’amusant. Ainsi, il acquiert une multitude d’aptitudes en participant à des jeux interactifs.

Une pédagogie au rythme des enfants

Dans les écoles Montessori, les enfants évoluent à leur rythme et acquièrent une psychomotricité basée sur l’expérience personnelle. Chaque enfant décide d’apprendre à lire dès qu’il en ressent le besoin. Tout cela est possible grâce à l’utilisation d’un matériel didactique spécifique, leur permettant d’améliorer leur motricité fine, leur préhension, leur langage, etc.

Aussi, par opposition au système scolaire classique qui impose des programmes de cours aux enfants, la pédagogie Montessori donne plus de liberté aux enfants. En effet, cette approche éducative est principalement basée sur trois maîtres-mots à savoir : la liberté, la culture, le respect et l’entraide. Rendez-vous sur ce site pour en savoir un peu plus sur la pédagogie Montessori.

Pédagogie alternative de Steiner-Waldorf

À la même enseigne que la pédagogie Montessori, la pédagogie Waldorf est née des insuffisances de l’école classique. Mise au point par l’allemand Steiner-Waldorf, elle prône aussi l’apprentissage libre. C’est une alternative éducative qui stipule que l’enthousiasme et le niveau de confiance communiquent force et sérénité aux enfants. Comme le disent généralement les enseignants de ce courant, l’école Steiner-Waldorf est l’école qui donne envie d’aller à l’école. Les enfants sont motivés à l’idée d’apprendre de nouvelles notions et dès la première classe, ils apprennent déjà deux langues étrangères.

Un autre pilier de cette approche est la culture des activités manuelles. Les enfants sont initiés à la pratique du jardinage, de la musique et de l’art. Tout au long de l’enseignement, la liberté de l’enfant est au cœur de cette approche comme dans le cas de la pédagogie Montessori. L’enfant est donc libre d’apprendre à compter dès qu’il en ressent le besoin. Cependant, contrairement à la méthode Montessori qui accueille les enfants dès l’âge de 2 ans, celle de l’école Steiner-Waldorf s’occupe des enfants de 7 à 21 ans. Elle prône leur ouverture sur le monde et permet aux plus âgés d’aller faire des stages au sein des entreprises, des fermes ou des organismes internationaux pour mieux s’épanouir et acquérir du savoir (savoir-faire et savoir-être).

La pédagogie alternative de Freinet

La pédagogie Freinet a été mise au point par le Français Célestin Freinet depuis les années 1920. Elle prône, dans la même logique que la pédagogie Montessori, l’apprentissage libre des enfants. C’est une pédagogie qui stipule que l’école est faite pour tous les enfants, quel que soit leur profil. Dans la logique de cette pédagogie, l’enfant apprend en expérimentant et non en répétant une idée inculquée.  Il se met alors dans une dynamique où à partir de ses propres hypothèses, il élabore ses propres notions. On ne forcera donc pas, l’enfant à apprendre l’heure par exemple contre son gré, il le fera dès que son expérience personnelle l’oblige à le faire. Le style de mémorisation « par cœur » est remplacé par l’acquisition spontanée et expérimentale. Cette alternative pédagogique fait des prouesses au point où elle est reconnue aujourd’hui par l’éducation nationale.